Immobilier

  

Il claudique mais ça n’empêche pas de marcher ensemble. Je l’ai connu alors qu’il était gérant d’un supermarché près de chez moi. Il le tenait avec autorité depuis sa caisse. Avec un regard d’aigle. Il disait à peine bonjour. Ou du bout des lèvres. Normal, pour un aigle.

Puis, il a arrêté. Il a changé de projet.  Alors, il a pris un peu plus le temps de discuter avec moi lorsque l’on a continué de se croiser. Puisque nous habitons à peu près dans le même quartier. Dans le supermarché, pendant des années, il avait travaillé de 5h à 21h. Il m’avait demandé :

« Tu l’aurais fait ?! ». Je lui avais confirmé que je ne l’aurais pas fait.

Un autre jour, il m’a appris qu’il achetait des appartements aux enchères. Une fois, il m’a proposé d’y aller avec lui. Au tribunal de Pontoise. J’ai décliné. Peut-être mes principes ou ma disponibilité. Racheter à bas prix ce qui a pu constituer le projet et la vie des gens. Ou je n’étais tout simplement pas prêt à tenter cette aventure.

Je l’ai recroisé tout à l’heure à la boulangerie. Je venais de prendre mes baguettes. Lui, il sortait de la pièce du boulanger. Comme s’il était chez lui. Il m’a reconnu malgré mon masque anti-Covid. Il avait du pain dans la bouche.

Les murs de cette boulangerie sont restés vides pendant plusieurs années. Une fois, j’y avais acheté une confiture faite maison, payée cinq euros. Une arnaque. Une de mes collègues en avait rigolé avec moi. Puis, il a racheté les murs. Il m’a expliqué un jour son principe : Il loue. C’est à celui qui tient la boulangerie de faire en sorte que son commerce marche !

Alors que nous nous éloignons de la boulangerie, il me demande si le pain est bon. J’ai les bras remplis de baguettes. J’ai oublié de prévoir un sac. Je réponds que le pain est très bon dans cette boulangerie.

Comme il me rappelle être seulement propriétaire des murs, j’en profite pour bénéficier de sa connaissance du marché immobilier dans notre ville d’Argenteuil. Récemment, en lisant par dessus l’épaule d’une personne qui regardait son téléphone portable, j’ai appris que le journal Les échos se demandait si ce deuxième reconfinement allait faire baisser les prix. L’article des Echos expliquait qu’avant ce deuxième reconfinement, les acheteurs avaient recommencé à se manifester. Mais, là….

Pour lui, Covid ou non, la vie continue. Il touche et déplace son masque régulièrement à pleine main tout en me parlant. 500 euros la location pour 10 mètres carrés. 600 euros de loyer pour un 25-30 mètres carrés. Pour 38 mètres carrés ? 800 euros. Il m’explique qu’investir dans l’immobilier à Argenteuil vaut le coup. Y habiter, non.

1200 demandes de location par jour m’apprend-t’il. Il m’approuve lorsque je dis qu’Argenteuil attire car c’est une ville proche de Paris.

 Au centre, le maire de la ville d’Argenteuil, Georges Mothron, lors de la journée d’ouverture de la saison 2020-2021 au centre culturel Le Figuier Blanc.

Je pars acheter Le Canard Enchaîné. En première page d’un journal, j’aperçois un article qui parle de l’attentat jihadiste récent à Vienne. Si les Viennois sont, et je le comprends facilement, sous le choc, ici, et ailleurs, on est loin de tout ça.

Par contre, je connais quelqu’un qui est encore sous le choc. Une commerçante près de chez moi.

Elle a ouvert son commerce il y a à peine deux mois. Il a l’air d’assez bien marcher. Ce week-end, quelqu’un a essayé de partir avec la caisse mais, aussi, de s’envoler avec ce qu’elle vend. De l’alimentaire. Elle m’a appris ça ce matin. J’ai d’abord pensé à cette période de plusieurs mois qui avait précédé l’ouverture de son magasin. Période durant laquelle des travaux avaient été effectués. Mais quand je repasse la voir, elle me dit que c’était comme si la personne connaissait les lieux et avait la clé. Aucune effraction. Elle ne sait pas si elle va rester.  Je la comprends : il y a quelques semaines, elle a dû coopérer avec une fuite d’eau. Et, maintenant, ce cambriolage sans effraction. Les voleurs ont réussi à ouvrir la porte de devant mais ont échoué à faire monter le rideau de fer.

Au commissariat où elle est allée porter plainte, on lui a répondu que lors de ce week-end de la Toussaint, il y avait eu beaucoup d’infractions. L’agence immobilière qui gère les murs s’est contentée de lui répondre qu’elle lui avait remis des clés et qu’elle est fermée le dimanche. La propriétaire ne s’est pas manifestée.

Latest articles

spot_img

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here