Pourquoi j’irais voter Macron ?

A l’époque j’avais 18 ans. Le soleil transperçait les stores de ma chambre avec insistance. La télévision, 40 cm en diagonale, venait d’afficher le visage des deux candidats retenus pour le second tour de la présidentielle. On était en 2002. Le Front National de Jean Marie Le Pen venait de se qualifier pour la première fois de son histoire au second tour. Les manifestations se sont multipliées à travers le pays. Des millions de jeunes sont descendus dans la rue dans l’espoir de laver l’affront.

Le drame qui a vu Chirac se faire réélire résonne comme une période de fortes mobilisations. Quelques mois avant le choc, la Gauche plurielle assurée de la victoire de Lionel Jospin parlait de dépénaliser le cannabis, et d’avancées sociales dont on ne peut même plus rêver à l’heure d’aujourd’hui. Dispersée, divisée, la Gauche a connu la première désillusion de son histoire, et le parti social-démocrate français a entamé la longue chute qui l’amènera à faire 2 % aux dernières présidentielles.

Les temps ont changé. Les sondages annonçaient l’affiche de ce second tour depuis des mois voire des années. Personne n’a été étonné de voir l’héritière du clan Le Pen, noblesse de la guerre d’Algérie et du racisme à la française, sonnée à la porte du Palais de L’Elysée. Les manifestations ont été de courtes de durée. Selon la Police, la dernière mobilisation contre le Rassemblement National n’a réuni que 9000 personnes à Paris. Pire encore, les électeurs du candidat d’extrême gauche voteront à plus de 30 % pour le Pen selon les dernières enquêtes d’opinion. Historiquement, depuis plus de deux siècles, les progressistes se sont toujours dressés contre l’autoritarisme oubliant au passage leurs divisions. Cette fois ci cependant, la Gauche ne résiste pas à cette droite « révolutionnaire » qui sans rougir et sans peur veut installer la ségrégation avec la préférence nationale, veut abolir la hiérarchie des normes, et peut être même rétablir la peine de mort. Comment en est-on arrivé là ?

En réalité, l’élection d’un Le Pen à l’Elysée, ou même la qualification d’un membre de la dynastie au second tour est le fruit de la crise économique et de l’hystérie anti-islam et non pas anti-islamiste. Macron n’a pas su écouter « les dépossédés ». Au-delà de leurs revendications, les Gilets Jaunes qui ont agité la Place de la République pendant plus d’un an sont le témoin d’une société qui ne fonctionne plus. Beaucoup de Gilets Jaunes pour ne pas dire la grande majorité d’entre eux sont des travailleurs. Ils enchaînent des heures de travail et pourtant à la fin du mois ils partent sur un déficit. Ce sont les grands sacrifiés de la révolution numérique (à ranger dans « les révolutions économiques » au même titre que la révolution industrielle). Le témoignage d’une Gilet Jaune à ce titre était totalement évocateur. Cette femme empochait 1400 e par mois de quoi payer son loyer. Elle ne pouvait même pas subvenir aux besoins de ces trois enfants qu’elle élevait seule sans perdre 200 e ou 300  e tous les mois. Si le travail ne suffit plus pour vivre. Alors ce ne sont pas les citoyens mais la société qui a failli. La crise économique explique qu’en partie la haine et le ressentiment des français se cristallisent autour des boucs émissaires de toujours comme « les étrangers » ou encore « l’Europe » et la « mondialisation ».  Tous les pays européens qui ont basculé dans le totalitarisme ont répondu à ce « critère économique ». Pour l’Allemagne et l’Italie de l’entre deux guerres, la crise de 1929 a été suffisante pour écraser les aspirations des démocrates.

Mais dans tout totalitarisme, il y a un également un « critère politique » qui explique le basculement vers un régime fort. Les historiens « libéraux » s’entendent pour dire que l’humiliation de 1918 et la mauvaise paix ont entraîné un fort ressentiment chez les pays vaincus en 1918 qui s’est transformé souvent en révolution d’extrême droite.

En France, les attentats en chaîne ont créé un fort ressentiment contre « L’islamisme » et même l’Islam en général. Depuis les attentats des djihadistes algériens jusqu’au 13 novembre, la France a hérité du terrorisme islamisme avec son passé colonial. Mais les élites médiatiques et politiques sont tombées dans le jeu des hirsutes islamistes. Car le terrorisme ne remplit pas « d’objectifs militaires ». Avec des opérations de « grandes ampleures », en sacralisant « la terreur » et « l’horreur », ils cherchent à déstabiliser les pays victimes. Certains philosophes politiques parlaient dès 2001 du double effet de l’islamisme sur les pays victimes : opération militaire à l’extérieur, renforcement liberticide de la législation en interne. Pendant plus de dix ans, les musulmans ont cristallisé toutes les craintes des français galvanisés par « la surabondance médiatique » et le machiavélisme de certains politiques qui ont agité « l’hirsute islamiste » comme à l’époque ils agitaient « le bolchévique ». Nier en bloc les ravages de l’islamisme en France serait une erreur. En revanche, pour éviter la confusion, il faudrait pour penser ce problème efficacement faire la différence indispensable entre terroriste, musulman, arabe. Ces mots évoquent des réalités très différentes. Et aujourd’hui dans le langage de Le Pen, le mot « étranger » renvoie presque à celui de « coupable ».

Le Pen comme tout leader d’extrême droite a donc répondu à ces deux « craintes supérieures » des français en faisant campagne sur « le pouvoir d’achat » et proposant des mesurettes totalement délirantes pour limiter l’impact de l’islamisme comme l’interdiction du voile dans l’espace public, mesure anti-républicaine car de portée trop générale, contraire à la liberté de conscience, et qui stigmatise honteusement une partie de la population.

Si j’irai vote Macron sans rougir même si je ne marche pas avec lui, c’est que je refuse que mon pays devienne le phare européen du racisme.

ZEZ
ZEZ
Fondateur de UrbanTrackz Taffe pour @Rapunchline, @RapGhetto, et de temps en temps @Vice et @Noisey

Latest articles

spot_img

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here