Le 91 c’était les states [Interview] !

Le 91 c’était les states ! Dans les années 90′ et 00′, une effervescence toute particulière va s’élever d’un département. Pendant longtemps, l’intuition populaire comparait le 91 aux States. On a rencontré Le Kid. Un rappeur du département qui a vécu les choses de l’intérieur.

  • En quelle année t’as commencé dans le Rap ?

En 98, je m’amusais déjà à rapper car je suis un fan de hip-hop depuis très jeune, à l’époque des Kriss Kross en 92. C’est en 2007 que je commence à m’investir (payer mes séances studio, mes clips etc..). J’ai sortis 2 projets un en 2014 « Fast Life » et un en 2017 « Scred Money »

  • Ou est ce que tu vivais dans le 91 ?

J’habitais depuis 1993 à Épinay-sous-Sénart dit le 322. Une petite ville où la plupart des constructions sont des immeubles et au tour quelques zones pavillonnaires situé entre Brunoy et Boussy-Saint-Antoine.

  • Le 91 c’était les states ?

Je pense que cette mentalité est due au fait que nous sommes des passionnés des films US comme Menace 2 Society, Fresh, Gangball, New jack City et tous ses films qu’on se prêtaient ou trouvait à l époque dans les vidéo clubs. J

Je pense que l’éloignement par rapport à Paris a fait qu’on reste dans notre univers. C’est peut être le fait que certains anciens de gang se sont mis au vert dans l’Essonne, ils sont venus avec ce délire ricain dans leur bagage.

Je dirais qu’on vivait dans une bulle et qu’on avait pas grand chose à se mettre sous la dent à part la culture US qu’on rencontrait dans les films, les magazines Hip-Hop comme The Source , XXL, Vibe, Don Diva et très vite certains chanceux comme moi ont pu voyager aux US. Je pense aussi que les cités du 91 sont plus jeunes que celle de la petite couronne donc l’influence du Hip-Hop US qui est en plein boom dans les années 90 nous a frappé en plein fouet. Le terrain était vierge et propice à l’implantation de cette culture. Je me rappelle que dans les débuts des années 2000.

  • Comment ça se manifestait ce « le 91 c’était les states » ? Raconte quelques anecdotes

Je me rappelle qu’à l’époque, on s’habillait très tôt en baggy, bandana et durag. On jouait au basket. Y’avait déjà une attitude de gang les renois ne se mélangeaient pas trop avec les reubeus. Les renois étaient plus dans le sport foot, basket. La plupart des reubeu foot.Sans généraliser les renois étaient peu dans les trafics, les reubeus étaient en avance dans le biz et certains roulaient en Golf ou en BMW avec des cheveux gominés Stan Smith et Jean 501.

  • Est ce que tu penses que cette influence kainri a joué sur la mentalité des rappeurs de l’époque ?

Oui bien sur y’a qu’avoir le Blaze d’Olkainri, « This is » la peste, Smoker. Quand un Sinik fait un morceau intitulé Lessonne-geles. Tu sens que l’attitude devait tellement être influencé par les states.
Je me souviens petit être aller aux Épinettes pour un tournoi de basket c’était vraiment différent les gars s’habillait en Maurice Malone, avec des pitbull, des rottweillers, c’était un film. Pareil à Grigny 2 la bas c’était ambiance Dikies cartonné et bandana la West Coast à fond.

  • Est ce que tu peux citer quelques exemples dans l’indé ou dans le pro qui ont embrassé cette mentalité kainri ?

A l’époque chez nous à Epinay Sous Sénart, la Mafia Z, Pegaz et Tita du label Masta Records, qui m’ont inspiré à lancer Gunerz Records, OG Plasma, KPLO.
Le Concerto Negro à Quincy sous Sénart, LMC Click, la Comera à Grigny.

  • Aujourd’hui qu’est ce qui explique la prise de contrôle du 91

Je pense que maintenant que la France a enfin accepté que l’inspiration vient des US. Forcément les rappeurs du 91 sont plus à l’aise avec ce style car ça fait longtemps qu’on baigne dedans. Certains trouvent minimaliste le rap d’un Koba La D mais la plupart des rappeurs US ont des textes de cette teneur voir beaucoup moins poussé. Tout n’est pas dans le texte le ressenti joue une part majeure. Moi par exemple ça m’intéresse pas un rappeur super lyrical si ça me touche pas. Je ne suis pas impressionné par quelqu’un qui lit le dictionnaire rapidement lol. Pour moi un bon artiste c’est quelqu’un qui arrive à me toucher.

  • Qui a été le précurseur ?

Je pense à des groupes comme Basic, qui ont fait un très bon album en 98 avec des sons comme Essonne Univers, 98 jusqu’à l’infini, Asto et L’Impact 91, le 9 Respek, je pense aux crew comme Fuck Dat de la PLC à Evry, l’Agression Verbale au Canal, les OG de Grigny.

  • Qui représente le mieux pour toi le 91

En rappeur? Actuellement ? Je pense que Niska, Ninho et PNL. Niska dans sa voix ses attitudes, sa danse son délire de Charo représente vraiment ce côté agressif du 9.1. Un côté qui peut paraître bête et méchant mais qui repose sur des principes : « personne ne me marche dessus » et une détermination sans faille. Ninho retransmet bien le côté nostalgique, il décrit bien l’atmosphère comme sur le son la zone issue de la compile 91 Allstar où il dit «  Nueve, uno, RER D, on sait que voler et s’enfumer dans le dernier wagon / J’connaissais la zone bien avant que je perce, on n’doit rien à personne, seul dans mes galères ». PNL est à l image de la mentalité 91 on se mélange pas, on suce personne je pense qu’ils font la fierté des pures gars du 91.


Ol’Kainry a bien mis en avant l’argot de chez nous avec les  « zér » « au max » « bad Boug », Nubi Sal pour moi son projet Scarlatitude est un classique, Lmc Click, Grodash, la click Ul’Team ATom, Diams et Sinik, Disiz, Smocker et Tito Prince aussi ont bien représenté a une époque.

  • Qui le représente le moins bien ?

Franchement y’a des rappeurs qui n’ont pas trop le soucis de représenter ou qui ne veulent pas représenter le 91 mais plutôt préfère représenter leur cité. Vu les différents problèmes de cités qu’il y a eu et qui perdurent encore jusqu’aujourd’hui. Le 9.1 serait trop gros à porter.

Faut dire que le département est vaste entre le côté ouest les Ulis Massy Palaiseau , le côté est le Val d’Yerres Epinay-sous-Sénart, Yerres, Brunoy, Quincy, le côté sud d’Étampes ou encore Evry Ris Grigny Corbeil. Le département est large. Je pense que Disiz aurait pu mieux représenter quand ils était au top d’ailleurs dans « rap Genius« , il dit « Evry Grigny Corbeil, Neuf-Un, c’est mon pedigree Je le mets pas en avant mais tu ferais bien de pas l’oublier » au début il le faisait avec son album « le Poisson Rouge » mais représenter ce département. Je veux bien croire n’est pas facile y a trop une mentalité électron libre, surtout à l’époque, c’était dur de fédérer. One pour les rappeurs du département qui essayent de faire leur By.

ZEZ
Fondateur de UrbanTrackz Taffe pour @Rapunchline, @RapGhetto, et de temps en temps @Vice et @Noisey

Latest articles

Related articles

Leave a reply

Please enter your comment!
Please enter your name here